Écosystèmes d’affaires : comment ça marche ? (2/9)

Aujourd’hui, il ne suffit plus d’attirer des entreprises pour développer un territoire. Les villes, les municipalités régionales de comté (MRC) et même les régions s’attachent à bâtir un environnement propice à leur croissance. Des grappes industrielles aux zones d’innovation actuelles, l’approche reste la même : miser sur la richesse des écosystèmes d’affaires. Mais qu’est-ce qui fait le succès de cette approche ? Pourquoi s’est-elle généralisée dans la pratique du développement économique ?

 

L’union fait la force : la nécessité d’une approche du développement économique par écosystèmes

Ces trente dernières années, la mondialisation et l’accélération du progrès technologique ont bouleversé le contexte d’affaires.

  • Les entreprises, les villes, les régions se retrouvent en concurrence non seulement entre elles, mais avec la planète entière ;
  • Une course à l’innovation tire désormais la croissance des économies développées.

Ce changement de paradigme implique un changement d’approche pour relever les défis contemporains du développement économique. Travailler en silos, chacun dans son coin, n’est plus possible. Il faut mutualiser les forces pour aller plus vite, et surtout plus loin ! C’est dans cette logique que sont nées les grappes industrielles québécoises dans les années 1990, et plus récemment les zones ou districts d’innovation.

Sur quels principes sont bâtis ces écosystèmes d’affaires ? Qu’est-ce qui les rend si efficaces ?

 

Les piliers du succès des écosystèmes d’affaires

L’interdépendance des acteurs

Les écosystèmes d’affaires se créent d’abord et avant tout autour d’une raison d’être. Ce peut être une réponse collective à un marché donné (ex. : un secteur économique porteur, comme l’intelligence artificielle), ou la résolution d’une problématique commune (conquérir un nouveau marché à l’international, par exemple). Dans un écosystème d’affaires, on ne pense donc plus en termes de produit, mais bien en termes de solution globale à un besoin client.

C’est en fédérant des acteurs locaux autour de cette vision que les écosystèmes peuvent naître, croître et se transformer. Des acteurs publics et privés, toutes disciplines confondues, qui mettent en commun leurs actifs stratégiques pour créer une dynamique circulaire où chacun s’épanouit en prenant appui sur l’autre.

Exemple d’un écosystème orienté vers la PME

SCHÉMA

Source : Espace Stratégies

La collaboration des parties prenantes

Se mobiliser autour d’une vision commune donc, et adopter une approche collaborative. Car dans un écosystème d’affaires, les parties prenantes partagent aussi leur savoir-faire. Le processus d’innovation n’est plus cloisonné : tous les acteurs sont invités à y participer.

Comment ? En mettant en réseau des richesses comme :

  • Le talent des professionnels qui y travaillent ;
  • Les expertises multiples — techniques, stratégies, processus, conseil et accompagnement, etc. ;
  • La propriété intellectuelle, avec la mutualisation de la recherche et développement ;
  • Les infrastructures — bâtiments, logistique et même outils (chaîne de production, machineries, et autres).

Référence : Egils Milbergs (Executive Director Washington Economic Development Commission), Building a World Class innovation Ecosystem 2012; Innovation and Globalization, 2007.

Des entreprises habituellement concurrentes peuvent-elles survivre dans un environnement aussi collaboratif ? La réponse est oui ! Notamment grâce à la dynamique de coopétition apportée par le travail en réseau au sein de l’écosystème. (Rédaction par Jocelyn pour expliquer le concept)

Une structure ouverte, agile et évolutive

Autre caractéristique : les écosystèmes d’affaires ne sont ni rigides, ni figés dans le temps. Ce qui leur donne une forte capacité d’adaptation, en comparaison avec les anciennes approches du développement économique, à la fois hiérarchiques et segmentées.

Comment cela se traduit-il sur le terrain ?

  1. D’abord, par une gouvernance éclatée: pas d’instance dirigeante, mais une structure de coordination et d’alignement des efforts de tous les acteurs de l’écosystème selon un consensus, une vision.
  2. Ensuite, par un système d’entrées multiples. À l’opposé du concept de guichet unique, les acteurs de l’écosystème peuvent s’y insérer par différents moyens (exemples ?). C’est la logique d’une initiative telle que ca. Cette plateforme en ligne destinée aux entrepreneurs de l’Outaouais met à leur disposition toutes les ressources dont ils ont besoin pour réaliser leur projet d’affaires.
  3. Enfin, par une innovation et une croissance qui vient de la base (à revoir par Jocelyn).

L’intégration dans un milieu de vie attrayant

Pour qu’un écosystème d’affaires se mette en place, son territoire d’accueil doit aussi offrir un cadre de vie de qualité. C’est une condition primordiale pour pouvoir attirer et retenir un bassin d’entreprises et la main-d’œuvre pour y travailler. On parle ici d’un marché immobilier accessible, d’une offre de transports diversifiée, de la présence de loisirs, de commerces ou de services (garderies, soins de santé, et autres). Bref, tout ce qui favorise l’installation à long terme de jeunes familles, d’employés, de gestionnaires ou de professionnels. Le développement économique et le développement de la communauté sont aujourd’hui indissociables.

Principaux facteurs de rétention des entreprises


Source : Formation APDEQ ADGMQ – Espace Stratégies 2 septembre 2015 (à préciser)

C’est ce qu’a bien compris la ville de Trois-Rivières avec la création d’Open, son district entrepreneurial innovant. Cet écosystème, implanté en plein cœur de la ville, fait sa publicité à la fois sur la panoplie de services offerts aux entreprises, la qualité de ses infrastructures d’accueil, l’animation de la communauté d’affaires et son milieu de vie animé. Le tout, dans un rayon d’un kilomètre de marche !

 

Les écosystèmes démontrent que la croissance et l’amélioration des conditions de vie d’un territoire sont devenues l’affaire de tous. Cette approche collaborative en réseau est aujourd’hui au cœur de la pratique des agents de développement économique tels qu’Espace Stratégies. Vous souhaitez tirer profit de votre écosystème d’affaires ? N’hésitez pas à contacter notre équipe d’experts.

Cet article est le 2ème d’une série de 9 sur le développeur économique 4.0. Le 3ème article introduit 4 règles pour réussir son projet en réseau collaboratif

> En savoir plus sur notre offre de services-conseils