Mieux gérer les impacts du télétravail sur l’organisation

Avant 2020, beaucoup de gestionnaires hésitaient à accorder ne serait-ce qu’une journée de télétravail par semaine à un ou une employée. Mais du jour au lendemain, la crise sanitaire due à la COVID-19 est venue généraliser cette pratique. Quels impacts le télétravail a-t-il sur l’organisation du travail ? Sur le rôle des gestionnaires ? Comment les dirigeants peuvent-ils accompagner ce changement organisationnel ?

Une nouvelle donne pour les gestionnaires

Depuis plus d’un an, les employés à distance ont non seulement perdu leur bureau, mais aussi le caractère informel des relations de travail. Vous rappelez-vous ces conversations de couloir ou dans un cadre de porte, un café à la main ? Toutes ces interactions agissent comme un « assainisseur relationnel » dans une organisation. Elles permettent de résoudre rapidement bien des situations problématiques, et d’agrémenter la vie entre collègues. Cette absence de lien impacte autant les individus que l’organisation du travail, la communication et la performance de l’entreprise.

Le télétravail s’accompagne également d’une accélération du déploiement d’outils de travail collaboratifs. Des plateformes de visioconférences aux outils de partage de fichiers, en passant par les messageries instantanées, tous les employés n’ont pas la même capacité à s’adapter à ces nouvelles façons de faire. Difficultés, réticence, apathie : comment ne laisser personne sur le bord du chemin ? C’est une des préoccupations des gestionnaires, accentuée par ce contexte de crise sanitaire.

Aussi, la généralisation du travail à distance pousse les dirigeants à revoir leurs modes de supervision et d’évaluation du travail de leurs employés. Elle met aussi au défi le rapport de confiance entre deux personnes qui ne se côtoient plus physiquement. Quelles pratiques adopter pour les aider à créer une proximité dans ces conditions d’éloignement ?

 

Télétravail | Des clés pour adapter l’organisation du travail

Certes, ce télétravail « subi » comporte son lot de défis (même si la plupart des entreprises s’en sont bien sorties à court et moyen terme). Mais il vient surtout amplifier des problématiques de structure ou de fonctionnement préexistantes dans l’organisation. Une surcharge de travail déjà connue par un employé, par exemple, ne fera que s’aggraver dans ce contexte.

C’est pourquoi plusieurs bonnes pratiques issues du développement organisationnel sont applicables pour rendre l’organisation du travail plus flexible en interne. Une avenue intéressante pour les gestionnaires, à l’heure où la société repense l’organisation du travail en fonction de ce nouveau paradigme.

Concrètement, les gestionnaires doivent porter attention à des éléments comme :

  • La cadence des réunions dans leurs équipes.

Est-elle tenable ? Qu’un employé soit à proximité de son écran ne veut pas dire qu’il soit disponible en permanence.

  • La façon de communiquer et la fréquence des contacts avec leurs employés.

Dans cette crise, certaines personnes sont restées des semaines sans voir leur gestionnaire. Des histoires pénibles qu’il faut éviter en planifiant des rencontres régulières — peut-être plus qu’en temps « normal » —, et, bien sûr, les respecter.

  • L’élargissement de la discussion sur les tâches à « l’état d’esprit des troupes ».

Alors que la situation sanitaire exacerbe la détresse émotionnelle de certains, les rencontres virtuelles sont une occasion d’aborder des questions plus personnelles. En comprenant mieux le contexte de télétravail de son employé, le gestionnaire peut proposer des accommodements pertinents pour l’organisation du travail avec le reste de son équipe.

Paradoxalement, le travail à distance oriente les gestionnaires sur un terrain de grande proximité avec ses employés. Ce qui en déstabilise certains, plus mal à l’aise avec tout ce qui touche au facteur humain. Sans solution toute faite, cette adaptation de l’organisation du travail au télétravail nécessite une approche empreinte d’empathie, mais aussi d’humilité de la part de chaque gestionnaire, qui se voit ajuster en permanence ses outils pour garder le contact avec son équipe.

Le télétravail est là pour rester. Du moins, sous la forme d’une organisation du travail hybride, alternant travail au bureau et à distance. Et même si les entreprises ont rapidement pris ce virage, on n’en mesure pas encore tous les effets (notamment en matière de gestion des espaces de travail).

 

En tant que dirigeant, comment composez-vous avec cette organisation du travail réinventée ?

Votre entreprise connait des enjeux en matière de développement organisationnel ? Vous avez besoin d’aide pour effectuer un changement de structure ou de fonctionnement ayant un impact sur vos ressources humaines ? N’hésitez pas à nous  contacter pour en discuter.