Articles

Bienvenue à Nancy Guay

Le 5 avril 2017 –

Espace Stratégies s’agrandit ! Nous avons le plaisir de vous annoncer l’arrivée d’une sixième personne pour soutenir la croissance que l’entreprise connaît déjà depuis plusieurs mois.  Lire plus

Les nouvelles de septembre 2021

De nouveaux projets pour débuter l’année !

En ce mois de septembre, c’est un nouveau cycle qui recommence pour notre équipe de stratèges. En effet, alors que plusieurs processus d’accompagnement se terminent, de nouveaux arrivent et nous sommes ravi-e-s de les entamer !

Lire plus

Les nouvelles de juillet-août 2021

Un été pour s’occuper d’Espace Stratégies !

Lors de la saison estivale, notre équipe voit souvent plusieurs de ses mandats aboutir et un ralentissement temporaire de ses activités. Une belle occasion de se concentrer sur nos chantiers internes et de faire le point en vue du redémarrage à l’automne ! 

Nous revenons sur les projets que nous avons débutés en ce début d’année ainsi que les réflexions qui ont muri et donné lieu à des articles de fond.

Lire plus

La consultation publique : un incontournable pour votre planification stratégique municipale

 Décider de l’avenir d’une municipalité n’est plus seulement l’affaire des élus ou des acteurs économiques d’un territoire. C’est devenu l’affaire de tous.

Les citoyens ont désormais leur mot à dire sur le développement économique de leur milieu de vie. Et ils sont de plus en plus nombreux à vouloir assister aux consultations publiques organisées dans leurs municipalités respectives.

Vous êtes dirigeant.e d’une ville/MRC et vous comptez démarrer une  planification stratégique ? Ne négligez pas cette étape. Il s’agit d’un véritable pilier de votre démarche.

La consultation publique vous aide à cerner l’identité de votre municipalité

Déterminer le positionnement stratégique de votre municipalité constitue la base de votre plan stratégique. Quelle est sa vision ? Sa différence ? Ses atouts et ses valeurs ? Cette identité unique, vous ne pouvez pas la créer de toute pièce, comme préalable à votre réflexion. Il vous faut saisir la réalité telle qu’elle est vécue et ressentie par toutes les parties prenantes de votre écosystème, et notamment par ses habitants.

La consultation publique est aussi une occasion de faire ressortir les problématiques de certains groupes sur le terrain. Ou encore d’identifier des opportunités méconnues ou sous-estimées par les différents acteurs « traditionnels » du développement économique.

 

Elle constitue un gage de transparence  

Aujourd’hui, il serait mal vu de statuer sur l’avenir de votre municipalité sans avoir recueilli l’avis de tous les acteurs. La consultation fait office de preuve que tout le monde a pu s’exprimer, même si toutes les idées ne sont pas retenues par la suite. Si vous la refusez, vous risquez des levées de boucliers lors de la validation de votre plan stratégique en conseil municipal.

Dans le même esprit, la consultation publique donne sa légitimité à votre plan stratégique. Grâce à elle, le plan exprime une volonté collective, et statue sur les axes de développement économique au-delà des aléas politiques et des changements électoraux. Les citoyens ont besoin de transparence vis-à-vis d’une stratégie qui aura des impacts concrets sur leur qualité de vie. Sans compter le fait que son application sera en partie financée par leurs taxes.

 

Elle favorise l’acceptabilité du plan stratégique

La consultation publique permet aussi aux citoyens de s’approprier le plan stratégique de leur ville. Plus ils s’impliquent, plus ils ont tendance à dire que c’est aussi leur plan. Que c’est l’expression d’une volonté partagée, et pas un ensemble d’orientations imposées par une administration.

Pour vous, dirigeant ou dirigeante d’une municipalité, la consultation est un moyen de mobiliser tous les acteurs de votre écosystème vers un horizon commun. De créer un momentum en récoltant des propositions qui seront retravaillées par la suite avec un groupe plus restreint, pour aboutir à une vision des plus ambitieuses.

La consultation publique est au cœur de la démarche d’accompagnement d’Espace Stratégies pour chaque planification stratégique municipale. Grâce à notre approche stratégique et à nos techniques d’animation innovantes, nous sommes aux côtés des villes et MRC qui souhaitent faire ressortir le meilleur de leur réflexion collective.

Besoin d’aide pour dessiner le futur de votre municipalité ?

> Contactez nos experts

 

 

L’après COVID-19 |3 tendances qui façonnent les municipalités du Québec

L’après COVID-19 va-t-il profondément modifier le visage économique des MRC et municipalités du Québec ?

Une question qui préoccupe aujourd’hui beaucoup de maires, mairesses, directeurs et directrices générales de MRC au Québec.

Loin de bouleverser le développement économique, la pandémie a plutôt accéléré certaines tendances déjà à l’œuvre depuis quelques années. Mais quelles sont ces tendances ? Et surtout, comment les intégrer dans votre stratégie pour dessiner le futur de votre municipalité ?

Notre associé fondateur, Jocelyn Gagnon, a exposé son point de vue lors d’un panel organisé aux assises de l’Union des municipalités du Québec en mai dernier.

Voici, en résumé, les pistes qu’il propose pour faire de votre ville/MRC un territoire attractif pour les acteurs économiques et la communauté.

 

Bâtir sur les nouveaux paradigmes nés de la transformation numérique

 L’augmentation du télétravail est un des phénomènes marquants de la pandémie. Et il est là pour rester, du moins dans un format hybride en alternance avec le présentiel. Le travail à distance s’accompagne également d’une prise de conscience collective : le savoir est accessible et le travail du bureau possible depuis n’importe où. À condition d’avoir une couverture internet de qualité.

Les municipalités de demain sont celles qui emboiteront le pas des entreprises en matière de transformation numérique. Celles qui offriront un environnement numérique stable et de haute performance. Les gouvernements fédéral et provincial se sont d’ailleurs engagés à améliorer l’accessibilité de l’internet haute vitesse dans la province d’ici l’automne 2022. L’augmentation significative de la bande passante dans certaines municipalités est un prérequis indispensable pour accueillir des entreprises dont les volumes de données échangées quotidiennement sont considérables, et les équipements de plus en plus intelligents.

Pour que des travailleurs suivent ces entreprises et choisissent de s’installer, les villes/MRC de demain repenseront aussi leurs milieux de vie. L’objectif étant de faciliter leur travail en dehors de chez eux — lorsque nécessaire — dans un cadre convivial et propice à la collaboration. On pense ici à la création d’espace tiers ou de travail partagé, disponibles à la journée par exemple.

 

Collaborer avec les municipalités du Québec limitrophes pour créer un écosystème accueillant

 L’approche collaborative (ou travail en réseau) est une tendance grandissante dans le milieu municipal ces 10 dernières années. Elle consiste à arrêter de considérer les villes environnantes comme des rivales, ou de voir la ville centre comme celle qui draine toutes les ressources du canton/de la région.

La réalité pour une petite ou moyenne municipalité, c’est qu’il est impossible d’avoir tous les services sur son territoire. D’être capable d’offrir des soins de santé, un panel de commerces, une vie culturelle ou d’autres atouts pour ses habitants, et des ressources de qualité aux entreprises pour rester attractive.

La compétition entre les territoires ne se joue plus au niveau du Québec : elle est désormais mondiale. Les municipalités voisines ont donc intérêt à se parler, à mettre en commun leurs forces, et à partager leurs stratégies pour construire des milieux de vie dynamiques et concurrentiels. Pour beaucoup d’entre elles, ce rapprochement constitue un profond changement de mentalité. Mais les villes qui resteront de côté risquent de manquer le prochain train du développement économique.

 

Effectuer une planification stratégique municipale, avec ses citoyens

« Les tours à bureaux, c’est du passé ». « Maintenant, les gens vont tout acheter en ligne ». Ce type de déclarations entendues pendant la pandémie révèle un réflexe commun en temps de crise : on a tendance à surestimer les changements à court terme et à les sous-estimer sur le long terme. Mais les changements économiques et sociaux se placent plutôt dans un continuum d’évolution. Ils prennent du temps. D’où la nécessité d’avoir un plan stratégique pour les intégrer dans nos municipalités de demain.

Après avoir géré la crise en urgence, l’heure est à la réflexion sur le futur de nos villes. De prendre du recul sur ce qui s’est passé. D’identifier les nouvelles opportunités qui se dégagent des bouleversements vécus. Quelle vision pour votre territoire ? Pour vos acteurs économiques et pour votre communauté ?

De plus en plus de citoyens veulent participer aux planifications stratégiques municipales. Lors d’une consultation que nous avons organisée pour la planification stratégique d’une des 10 grandes villes du Québec, le taux de participation a été 20 fois supérieur aux attentes. Cette implication citoyenne est une nouvelle composante autant pour les municipalités, que pour les développeurs économiques qui les accompagnent.

 

Vous êtes à la tête d’une municipalité et vous aimeriez être accompagné dans cette période de planification stratégique municipale ? N’hésitez pas à contacter notre équipe pour en discuter.

Le citoyen : un acteur grandissant du développement économique

Aujourd’hui, le développement économique d’un territoire ne se limite plus à sa croissance. Il est plutôt synonyme d’une amélioration des conditions de vie de ceux qui l’habitent ou y travaillent. Dans cette logique, les quartiers, les villes ou les régions sont de plus en plus nombreux à solliciter l’avis des citoyens lors de leurs réflexions stratégiques. En quoi cette démarche est-elle pertinente ? Et comment s’assurer de bien collecter cette parole citoyenne ? Comment cette participation enrichit-elle le rôle du développeur économique ?

La consultation citoyenne comme levier de planification stratégique

Phénomène relativement nouveau dans le cadre du développement économique, la consultation citoyenne a deux avantages pour les collectivités.

  • C’est une opportunité de décider ensemble des orientations de l’avenir du territoire, et de mobiliser les gens autour d’un projet commun. Chaque communauté a sa propre définition de la qualité de vie. Et les critères pour l’évaluer varient énormément d’une municipalité à l’autre. Dans un village rural, on peut privilégier l’accès aux grands espaces. A contrario, dans une métropole, la proximité des services et la qualité des transports en commun sont des aspects déterminants. La consultation permet aux citoyens d’exprimer leurs aspirations, afin de dessiner ensemble les axes du chemin à emprunter.
  • C’est aussi une occasion de recueillir une grande variété d’idées pour le développement du quartier, de la ville ou de la municipalité régionale de comté (MRC). Ce qui est toujours précieux dans une démarche de planification stratégique. Bien sûr, il y aura par la suite, des arbitrages à faire en fonction des priorités et des budgets. Mais il ne faut pas se censurer ! Un projet mal ficelé ou une idée loufoque peuvent, lorsqu’on les retravaille ou qu’on les jumelle avec d’autres idées, devenir vraiment porteurs.

Le développeur économique effectue habituellement la planification stratégique avec des acteurs publics et du milieu des affaires. Comme la consultation citoyenne implique un changement d’échelle dans le nombre de participants à la réflexion, les ateliers traditionnels (focus group, world café ) se prêtent difficilement à l’exercice.

Comment récolter la parole du citoyen ?

Pour interpeller le citoyen, sans outrepasser le rôle de la ville, le développeur économique peut avoir recours à différents moyens de communication.

  • Le sondage

Outil classique, il demeure un excellent moyen pour la population de se positionner sur des questions clés. Nous l’avons utilisé dans le cadre de la planification stratégique d’Innovation et Développement économique Trois-Rivières, l’organisme responsable du développement économique de la municipalité. L’enjeu de cette consultation ? Demander aux habitants si le développement durable devait être un critère de choix majeur pour les orientations à venir.

Pour faciliter l’accès au citoyen et respecter le caractère démocratique de la démarche, le sondage était disponible en ligne, et aussi en version papier dans différents lieux publics (ex. bibliothèques).

  • L’assemblée en ligne

L’objectif est de proposer une discussion lors d’un événement en ligne, sur une plateforme comme Facebook Live, par exemple. C’est l’option que nous avons choisie pour la consultation publique de la ville de Terrebonne, en complément d’un sondage. La population avait la possibilité de liker, de commenter en direct, mais aussi en différé à la suite de l’enregistrement.

La conversation numérique a l’avantage de permettre à tout le monde de chatter en temps réel, sans cacophonie, ce qui favorise l’émergence des idées. Et pour qu’elle se passe de façon optimale, voici quelques conseils ;

    1. Être clair dans le mode d’emploi de connexion à l’événement ;
    2. Penser à un point de visionnement dans un/des lieux publics pour ceux qui n’auraient pas d’accès internet ;
    3. Instaurer des règles du jeu dès le départ, en avertissant les participants que tout dérapage entrainera un blocage de la personne.

 

  • L’assemblée, version présentiel

De par sa proximité, cette forme d’atelier de réflexion peut être très fructueuse pour les très petites municipalités, mais est aussi utilisée par des villes plus importantes. De toute évidence, le contexte sanitaire de la COVID-19 n’incite pas à mener ce type de réunion de travail présentement.

À travers ces outils, le développeur économique a l’opportunité de se rapprocher du citoyen, qui n’est pourtant pas son interlocuteur habituel. Quels sont les impacts de cette nouvelle collaboration sur sa mission ?

Un indicateur précieux pour le développeur économique

Recueillir l’opinion d’une population sur une stratégie de développement économique donne de la profondeur à la mission du développeur économique. Cela l’incite à « sortir de sa bulle » pour avoir une meilleure vision de la réalité du terrain.

À la suite d’une consultation citoyenne, il est capable de mieux cerner l’identité et le caractère de son territoire. Quel est son positionnement ? Quelles sont les valeurs de ses habitants ? La collectivité est-elle ambitieuse dans ses projets, ou plutôt conservatrice ? Autant de questions qui rendront son accompagnement plus pertinent et plus efficace.

Ce nouveau dialogue lui permet aussi d’établir des liens entre les visions d’affaires et citoyenne. Cela favorisera le compromis dans l’élaboration de stratégies à court, moyen et long terme.

On l’aura compris, le rôle du développeur économique n’est pas d’imposer une vision du développement économique du territoire lors d’une consultation citoyenne, mais bien de prendre en compte la diversité des points de vue. Ce mécanisme de discussion et d’échange lui ouvre des perspectives différentes pour assumer des responsabilités toujours plus étendues.

En savoir plus sur la profession de développeur économique.

Les nouvelles de juin 2021

Une riche année qui arrive à sa fin !

Le début du mois de juin signifie pour nous le début d’une nouvelle année financière et l’occasion de regarder l’année qui vient de s’écouler !

Nous revenons sur les projets que nous avons débuté en ce début d’année et les réflexions qui ont muri lors de cette fin d’année et donné lieu à des articles de fond.

Lire plus

Les nouvelles d’avril et de mai 2021

Le retour des nouvelles 

Depuis quelques mois nous connaissons une importante croissance, c’est pourquoi nous avons été moins actifs dans la publication de nos nouvelles !

Ce mois-ci, on vous présente les mandats que nous avons débuté depuis avril 2021, les sujets que nous avons approfondis lors de nos réflexions internes et les articles et démarches qui nous ont inspirés. Bonne (re) découverte ! 

Lire plus

Concurrents ET partenaires d’affaires ? C’est possible avec la coopétition

Vous avez une relation ambivalente avec la concurrence. Vous savez qu’elle est saine, qu’elle vous pousse même à innover. Mais… avouez aussi qu’elle vous stresse ! Aucun dirigeant n’aime perdre un contrat au profit d’un rival en affaires. Alors, envisager votre concurrent comme un partenaire potentiel ? Jamais ! Et pourtant, cette pratique — la coopétition — pourrait s’intégrer à la stratégie de croissance de votre PME.

Pourquoi coopétitionner ?

Le terme coopétition — mélange des mots « coopération » et « compétition » — signifie collaborer avec un concurrent. Avec une entreprise qui présente une offre, un marché et une expertise semblables à la vôtre.

 Les grandes entreprises forment ce qu’on appelle des consortiums pour travailler ensemble sur une base d’opportunités d’affaires. Et à plus petite échelle, la coopétition est aussi accessible aux PME.

Le principe ? L’union fait la force. Surtout si vous rencontrez ces deux situations :

  • Vous êtes « trop petit » pour pénétrer un nouveau marché, comme le marché américain dans votre secteur d’activités, par exemple.
    Il sera plus facile de s’y attaquer avec un réseau de partenaires.
  • Vous manquez de ressources pour décrocher un contrat.
    La coopétition permet d’aller chercher des experts ou des savoir-faire complémentaires pour partager un mandat trop gros pour votre PME.

Cette collaboration entre deux, voire trois compétiteurs est toujours ponctuelle, et sur un mandat bien précis. Il s’agit de trouver entre eux les synergies, car aucune organisation n’est fondamentalement comparable. Souvent, les zones d’excellence diffèrent; certaines ont des spécialités plus prononcées ou un type de clientèle particulière. Réfléchissez-y. C’est aussi le cas avec vos concurrents.

Vous pensez que vous avez plus à y perdre qu’à y gagner ? Il ne s’agit pas de partager vos secrets industriels ou commerciaux. La coopétition est une pratique qui, pour arriver à une situation gagnant-gagnant, doit être bien balisée.

 

4 bonnes pratiques pour réussir un projet de coopétition

1.D’abord, des entreprises qui coopétitionnent se retrouvent sur des valeurs communes, liées à leurs cultures d’entreprise respectives. Elles partagent aussi une attitude d’ouverture à ce type de collaboration. Si ce « fit » n’est pas là, mieux vaut passer votre chemin.

2. Votre « concurrent-partenaire » trouvé, il est temps de cibler votre collaboration. De définir précisément votre objectif commun, et ce que chacun espère y gagner.

3. Ensuite, un projet de coopétition demande un cadre bien établi. Il prend la forme d’une entente claire mentionnant des aspects fondamentaux comme la non-sollicitation du personnel, ou la gestion de la relation client après le projet, par exemple.

         Conseil no 1 : Gardez ça simple ! Dimensionnez cette entente en fonction de l’ampleur du projet.

         Conseil no 2 : Trouvez l’équilibre entre ce que vous partagez et ce que vous gardez pour vous. Être trop sur la défensive, ou à l’inverse          trop généreux, se révèle contre-productif.

4. Une fois la confiance mise sur papier, pensez à structurer les communications intra- et inter-entreprises. Cela signifie désigner les personnes qui feront passer les bons messages aux équipes concernées. C’est une garantie d’adopter une communication fluide et pertinente auprès du ou des clients finaux.

 

 Développer des relations d’affaires plus profondes

Si nous vous parlons de la coopétition et de ses avantages, c’est qu’Espace Stratégies l’a expérimentée. Nous avons récemment mis en place des ateliers de co-développement pour les développeurs économiques du Québec, en collaboration avec notre concurrent LGP.

Cette initiative n’est pas venue d’une demande du marché, mais du désir de comprendre les synergies entre nos deux organisations. De tester des façons de faire, et d’évaluer une certaine compatibilité en vue d’un possible rapprochement. Tout cela dans un cadre simple, nous offrant à chacun une belle visibilité auprès de notre clientèle cible.

En tant que dirigeant, la coopétition est une corde supplémentaire à votre arc pour faire grandir votre entreprise. Y avez-vous déjà pensé ? Avez-vous des craintes, ou des réussites à nous partager ? N’hésitez pas à nous contacter pour en discuter !

Mieux gérer les impacts du télétravail sur l’organisation

Avant 2020, beaucoup de gestionnaires hésitaient à accorder ne serait-ce qu’une journée de télétravail par semaine à un ou une employée. Mais du jour au lendemain, la crise sanitaire due à la COVID-19 est venue généraliser cette pratique. Quels impacts le télétravail a-t-il sur l’organisation du travail ? Sur le rôle des gestionnaires ? Comment les dirigeants peuvent-ils accompagner ce changement organisationnel ?

Une nouvelle donne pour les gestionnaires

Depuis plus d’un an, les employés à distance ont non seulement perdu leur bureau, mais aussi le caractère informel des relations de travail. Vous rappelez-vous ces conversations de couloir ou dans un cadre de porte, un café à la main ? Toutes ces interactions agissent comme un « assainisseur relationnel » dans une organisation. Elles permettent de résoudre rapidement bien des situations problématiques, et d’agrémenter la vie entre collègues. Cette absence de lien impacte autant les individus que l’organisation du travail, la communication et la performance de l’entreprise.

Le télétravail s’accompagne également d’une accélération du déploiement d’outils de travail collaboratifs. Des plateformes de visioconférences aux outils de partage de fichiers, en passant par les messageries instantanées, tous les employés n’ont pas la même capacité à s’adapter à ces nouvelles façons de faire. Difficultés, réticence, apathie : comment ne laisser personne sur le bord du chemin ? C’est une des préoccupations des gestionnaires, accentuée par ce contexte de crise sanitaire.

Aussi, la généralisation du travail à distance pousse les dirigeants à revoir leurs modes de supervision et d’évaluation du travail de leurs employés. Elle met aussi au défi le rapport de confiance entre deux personnes qui ne se côtoient plus physiquement. Quelles pratiques adopter pour les aider à créer une proximité dans ces conditions d’éloignement ?

 

Télétravail | Des clés pour adapter l’organisation du travail

Certes, ce télétravail « subi » comporte son lot de défis (même si la plupart des entreprises s’en sont bien sorties à court et moyen terme). Mais il vient surtout amplifier des problématiques de structure ou de fonctionnement préexistantes dans l’organisation. Une surcharge de travail déjà connue par un employé, par exemple, ne fera que s’aggraver dans ce contexte.

C’est pourquoi plusieurs bonnes pratiques issues du développement organisationnel sont applicables pour rendre l’organisation du travail plus flexible en interne. Une avenue intéressante pour les gestionnaires, à l’heure où la société repense l’organisation du travail en fonction de ce nouveau paradigme.

Concrètement, les gestionnaires doivent porter attention à des éléments comme :

  • La cadence des réunions dans leurs équipes.

Est-elle tenable ? Qu’un employé soit à proximité de son écran ne veut pas dire qu’il soit disponible en permanence.

  • La façon de communiquer et la fréquence des contacts avec leurs employés.

Dans cette crise, certaines personnes sont restées des semaines sans voir leur gestionnaire. Des histoires pénibles qu’il faut éviter en planifiant des rencontres régulières — peut-être plus qu’en temps « normal » —, et, bien sûr, les respecter.

  • L’élargissement de la discussion sur les tâches à « l’état d’esprit des troupes ».

Alors que la situation sanitaire exacerbe la détresse émotionnelle de certains, les rencontres virtuelles sont une occasion d’aborder des questions plus personnelles. En comprenant mieux le contexte de télétravail de son employé, le gestionnaire peut proposer des accommodements pertinents pour l’organisation du travail avec le reste de son équipe.

Paradoxalement, le travail à distance oriente les gestionnaires sur un terrain de grande proximité avec ses employés. Ce qui en déstabilise certains, plus mal à l’aise avec tout ce qui touche au facteur humain. Sans solution toute faite, cette adaptation de l’organisation du travail au télétravail nécessite une approche empreinte d’empathie, mais aussi d’humilité de la part de chaque gestionnaire, qui se voit ajuster en permanence ses outils pour garder le contact avec son équipe.

Le télétravail est là pour rester. Du moins, sous la forme d’une organisation du travail hybride, alternant travail au bureau et à distance. Et même si les entreprises ont rapidement pris ce virage, on n’en mesure pas encore tous les effets (notamment en matière de gestion des espaces de travail).

 

En tant que dirigeant, comment composez-vous avec cette organisation du travail réinventée ?

Votre entreprise connait des enjeux en matière de développement organisationnel ? Vous avez besoin d’aide pour effectuer un changement de structure ou de fonctionnement ayant un impact sur vos ressources humaines ? N’hésitez pas à nous  contacter pour en discuter.